Divergences Turco-Arméniennes

La France a décidé de commémorer le 24 Avril pour rappelé au français que la Turquie a commis un génocide contre les arméniens. ( les Allemand ont commis un génocide car ils ont Tué des juifs parce-que c’était des juifs)

Mais en Fait!
– Y a t’il eu 1 seul tribunal national ou international qui a condamné la Turquie? NON
– Y a t’il un seul débat entre historien Arménien et Turc? NON
– Avez vous entendu une seule fois dans les médias en France la Thèse Turc? NON
– Pourquoi les Arméniens refusent d’ouvrir leurs archives? Que ce cache t’il derrière ce refus?
– Les Arméniens affirment que les Turcs ont exterminé 1.500.000 Arméniens. Question: combien y avait t’il d’Arménien en Turquie a cette époque?

Réponse:
– D’apres le ministre de l’intérieur Ottomane qui était lui même arménien 1.200.000
– D’apres les Européens entre 1.100.000 a 1.500.000
Si on tient compte de cette réalité, pas un Arménien ne serait sorti vivant de la Turquie.

2eme réalité: Avant 1915 il y avait dans toute l’Europe 200.000 Arméniens. Apres 1915 rien qu’en France il y a prés de 700.000 arméniens dont la plus part parlent parfaitement le Turc. D’ou viennent t’ils ?

En écoutant cette émission vous constaterez qu’il y a vraiment divergence et qu’il est URGENT d’entendre la Thèse Turc. Si les Arméniens n’étaient entrer en guerre contre la Turquie en aidant l’ennemie de l’intérieur. il n’y aurais pas eu un seul mort Arménien*( voir le livre de Yves Benard Divergence Turco-Arméniennes)

Pour une amitié longue et durable, il faut regarder l’histoire sur toutes les facettes.

Fact Check Armenia

Lorsque la première guerre mondiale éclate, commence une funeste période semant partout mort et souffrance. La Turquie est assaillie de toutes parts et ses hommes valides sont appelés à combattre, laissant derrière eux femmes, enfants et vieillards. En pleine rébellion, les miliciens arméniens orchestrent alors un plan d’extermination. Une véritable folie meurtrière donnant lieu à des actes de barbarie indescriptibles, n’épargnant rien à ces civils sans défense. Présenté dans un ensemble structuré et appuyé d’archives essentielles, l’ouvrage met ainsi en lumière un fait méconnu du conflit turco-arménien. Démontrant que les Arméniens ont leur part de responsabilité, il révèle ici une page sombre et inattendue de l’histoire. Convaincu que les manuels scolaires français font l’impasse sur un fait capital, Yves Bénard a mené une quête de documents périlleuse. C’est en arpentant la Turquie et en réalisant un travail de recherche conséquent, qu’il démontre sa volonté de rendre justice à un peuple attachant.