juillet 31, 2021

Les Franco-Turcs

Site d information

« Bir varmış, bir yokmuş… »

2 min read

Ainsi commencent les contes turcs : « bir varmış, bir yokmuş… », dont la traduction littérale est « il était une fois, il n’était pas… ».

Avez-vous déjà entendu parler des contes de l’Anatolie, berceau des civilisations, de cette voix de l’Asie Mineure qui ne s’est pas tue depuis des millénaires ? De ses légendes, épopées et de l’histoire dont elle a été témoin à travers les différentes époques ?

De Thalès à Mevlânâ Celâleddîn-i Rûmî (fondateur de l’ordre des Derviches tourneurs), d’Héraclite à Yunus Emre (poète soufi), d’Alexandre à César, d’Alp Arslan (surnom de « lion héroïque » donné au deuxième sultan seldjoukite pour ses prouesses militaires) à Yaşar Kemal…, de nombreux sages, philosophes, commandants, écrivains et artistes ont vécu sur ces terres, laissant derrière eux des empreintes remarquables.

Pierre Loti, de son vrai nom Louis Marie Julien Viaud, illustre d’ailleurs à merveille ces propos. Amoureux de la Turquie et d’une jeune femme turque, sa grande passion pour l’Orient vit le jour à Istanbul, qui, à ses yeux, était « la ville unique au monde ». Le café Pierre Loti (Piyerloti Kahvesi), construit sur le lieu où l’écrivain aimait se reposer dans le quartier d’Eyüp à İstanbul, en est le témoignage vivant.

Cette rubrique est dédiée aux voyageurs et passionnés de l’Anatolie qui ont marqué le pays par leurs œuvres ou y ont séjourné pendant une courte ou longue durée.

Je vous propose des rendez-vous réguliers pour aborder des thèmes aussi variés qu’enrichissants.

La charte de ce coin des internautes est simple :

– aucun sujet politique ou religieux ne sera abordé,

– aucune référence à la xénophobie, l’homophobie et autres formes d’incitation à la haine ne sera tolérée,

– seuls seront acceptés le respect, la tolérance et la courtoisie envers les autres membres,

– les remarques, suggestions et conseils de thèmes à exploiter seront encouragés.

Pour terminer cet écrit sur une note positive, je vous propose de lire la blague suivante de Nasreddin Hoca :

« La chute

Un jour, le voisin de Nasreddin Hoca se précipita chez lui en demandant quel était ce terrible bruit qu’il venait d’entendre.

– Ce n’est pas grave, dit Nasreddin, c’est juste ma femme qui a jeté ma tunique dans l’escalier.

– Et ça a fait un bruit pareil ?

– Oui… j’étais dedans ».

 

Très belle journée à vous tous !

Hatice

1 thought on “« Bir varmış, bir yokmuş… »

  1. Nous brûlons d’impatience de lire vos belles histoires. Car nous ne connaissons rien d’autre du passé turc que Moustapha Kemal Pacha, père de la Turquie moderne.

    Bien cordialement

    Netour (Cameroun)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.